Voyages abracadabrants du gros Philéas

Olga de Pitray
Voyages abracadabrants du gros Philas

Project Gutenberg's Voyages abracadabrants du gros Philas, by Olga de Pitray This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.net
Title: Voyages abracadabrants du gros Philas
Author: Olga de Pitray
Release Date: May 12, 2005 [EBook #15823]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK VOYAGES ABRACADABRANTS DU ***

Produced by Suzanne Shell, Renald Levesque and the Online Distributed Proofreading Team. This file was produced from images generously made available by the Bibliothque nationale de France (BnF/Gallica)

[Illustration 01.png]
VOYAGES ABRACADABRANTS DU GROS PHILAS
PAR La Vtesse de PITRAY NE de SGUR
DESSINS DE Mme DE LA FARGUE GRAVURE DE PEREZ

PARIS GAUME ET Cie DITEURS 3, RUE DE L'ABBAYE, 3
1890

A MADEMOISELLE MARGUERITE PASCAL
_Voici votre Ddicace, chre enfant, elle est bien due l'hritire d'un nom qui fait rayonner une splendide aurole sur votre front gracieux! vous accueillerez avec plaisir, je l'espre, le rcit na?f d'un brave gar?on que je me plais placer sous votre protection afin de lui porter bonheur!_
OLGA DE SGUR Vicomtesse de Simard de Pitray. Paris, le 19 dcembre 1889.

_Lettre Monsieur X..._
MONSIEUR,
Madame de Pitray, qui veut bien rdiger mes nombreuses aventures de voyage, me dit que vous froncez le sourcil la lecture de ces rcits extraordinaires. Vous les accusez d'invraisemblance? Mais, Monsieur, j'en suis ravi! C'est par l qu'ils brillent! C'est par l qu'ils intressent mes nombreux amis. C'est par l, enfin, que je suis digne de mon illustre parent. Mon arrire-grand-oncle, M. le baron de Crac, a laiss des mmoires sa famille. Mon arrire-cousin, M. le baron de Munckausen, non moins soucieux de sa propre gloire, a publi ses illustres aventures. (Elles ont acquis un nouvel clat en se faisant graver par notre grand artiste, Gustave Dor.) Mais mon oncle de Crac, par son silence prolong, avait longtemps laiss la France dans une infriorit littraire dont je me suis montr mcontent.
J'ai fait violence ma modestie bien connue et j'ai pri Mme de Pitray de retracer tous mes hauts faits. Je n'ai pas la prtention d'instruire. Munckausen ne l'avait pas non plus; mais, comme lui, je veux intresser, je veux dire du nouveau et surtout je veux amuser, sachant bien que lorsque la critique ri, elle est dsarme.
Laissez-moi donc, Monsieur, raconter la bonne franquette mes nombreux et lointains voyages et si, pour satisfaire les scrupules de votre conscience, il me faut faire un acte de franchise, il ne me sera pas impossible de vous avouer tout bas que je vous autorise ne pas les croire vritables. Intitulez-les si vous voulez: _Voyages... abracadabrants du gros Philas_ et, par cette gracieuse concession, redevenons bons amis, ce quoi vous savez que Mme de Pitray tient essentiellement.
C'est dans cette esprance que je me dclare, Monsieur, avec le respect le plus profond,
Votre tout dvou serviteur,
PHILAS SAINDOUX. De mon chateau de Castel-Saindoux.

CHAPITRE PREMIER
LUTTE MUSICALE DE DEUX CHANTRES
Peu de temps aprs tre revenu de son voyage aux bains de mer, M. de Marsy re?ut la visite de Philas Saindoux[1] qui le pria de venir honorer de sa prsence une runion musicale et lui raconta ce qui suit:
Deux chantres renomms, demeurant dans des villages diffrents, s'taient donn rendez-vous Beaug pour savoir lequel des deux avait le plus de talent. Canonet, chantre de Saint-Symphorien, possdait une magnifique et formidable voix de basse profonde. Il tait presque sans rival dix lieues la ronde. Un seul homme, dans les environs, osait lui tenir tte dans les roulades qui plongeaient en extase les Normands, grands et petits.
[Note 1: Voir _Les Dbuts du gros Philas_, du mme auteur (chez Hachette).]
Rossignol, chantre de Saint-Eutrope, charmait les oreilles par une voix de tnor des plus aigu?s. Il allait une hauteur tonnante. Grace ces artistes, les deux villages taient en rivalit dclare.
[Illustration 02.png]
Jusqu'alors, la grande distance qui sparait les chantres et leurs fanatiques avait empch toute lutte.
Le grand jour arriva bient?t.
Sur la place du village s'agitaient tumultueusement les partisans des rivaux. Les admirateurs de Canonet entouraient leur chantre bien-aim, tandis que ceux de Rossignol faisaient au tnor un cortge non moins pompeux.
[Illustration 03.png]
Les amis de Canonet paraissaient fort inquiets, car depuis le matin il tait impossible leur concitoyen de donner une seule de ces notes formidables qui les ravissaient. L'extinction de voix de Canonet continuant, ils tinrent conseil.
[Illustration 04.png]
Philas, un de ses fanatiques, s'approcha de lui avec une joie contenue; il portait la main un panier couvert.
--Illustre Canonet, dit-il avec motion, votre belle voix va nous merveiller plus que jamais tout l'heure, grace ce petit remde; avalez-le, et vous verrez que cela vous fera du bien, les grands chanteurs de Paris ne vivent
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 52
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.