Mademoiselle de Cérignan

Maurice Sand

Mademoiselle de Crignan, by Maurice Sand

The Project Gutenberg EBook of Mademoiselle de Crignan, by Maurice Sand This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org
Title: Mademoiselle de Crignan
Author: Maurice Sand
Release Date: February 20, 2007 [EBook #20623]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK MADEMOISELLE DE CRIGNAN ***

Produced by George Sand project PM, Carlo Traverso, Chuck Greif and the Online Distributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (This file was produced from images generously made available by the Bibliothque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)

Un franc le volume
NOUVELLE COLLECTION MICHEL LVY
MAURICE SAND
MADEMOISELLE DE CRIGNAN
NOUVELLE DITION
CALMANN LVY DITEUR
ANCIENNE MAISON MICHEL LVY FRRES
RUE AUBER, 3, ET BOULEVARD DES ITALIENS, 15.
LA LIBRAIRIE NOUVELLE
* * *
OUVRAGES
DE
MAURICE SAND
Format in-8o
RAOUL DE LA CHASTRE 1 vol.
Format grand in-18
L'AUGUSTA 1--
CALLIRHO 1--
MADEMOISELLE AZOTE 1--
MISS MARY 1--
SIX MILLE LIEUES TOUTE VAPEUR, 2e dition 1--
* * *
Paris.--Imp. H.-M. DUVAL, 17, rue de l'Echiquier
3, RUE AUBER, 3
1884
Droits de reproduction et de traduction rservs.
* * *

MADEMOISELLE DE CRIGNAN

I
Je venais de passer avec mon grade de chef de demi-brigade, nous disons aujourd'hui colonel, dans le 3e rgiment de dragons, lorsque, vers la fin d'avril 1798 (floral an VI), je re?us du gnral Desaix, qui commandait notre division, l'ordre de quitter la garnison de Florence pour aller m'embarquer Civita-Vecchia avec mes hommes. Je bouclai ma malle et je partis, suivi de mon brosseur, le fidle Guidamour, qui, comme moi, du 1er chasseurs cheval, avait permut dans le 3e dragons. Nous d?mes, tout en laissant nos chevaux, emporter nos selles et nos harnais. L o nous allions, nous trouverions apparemment des montures suprieures aux n?tres.
O allions-nous? En Angleterre, probablement, oprer la descente projete depuis quelques mois par le gnral Bonaparte, puisque notre division faisait partie de l'aile gauche de l'arme dite d'Angleterre.
Je retrouvai mon ami Hector Dubertet bord de la frgate l'Artmise, qui re?ut dans ses flancs mon rgiment dmont. Dubertet tait mon plus ancien camarade; nos familles taient intimement lies; nous tions entrs au collge le mme jour. C'est avec lui que, le 22 juillet 1792, je m'tais enr?l volontaire sur l'estrade du Pont-Neuf; avec lui que j'avais fait campagne et pass dans la cavalerie Cambrai; avec lui enfin que j'avais enlev la redoute d'Aldenhaven, en Allemagne, et que j'avais continu la guerre jusqu' la paix de 1795[A].
[Note A: Voyez Andr Beauvray, dans le volume du mme auteur--Mademoiselle Azote--chez Michel Lvy.]
Depuis ce moment, je l'avais perdu de vue. Ce fut une vritable joie pour moi de le retrouver frais et dispos, bien que le joyeux camarade, le beau chanteur de table et le grand conteur de facties qui avait fait les dlices du rgiment, f?t, sous ses habits bourgeois, beaucoup moins brillant et que sa physionomie e?t perdu de son clat et de sa franchise, tel point que je ne le reconnus pas tout de suite.
--Haudouin! s'cria-t-il en me sautant au cou: j'tais bien s?r de te retrouver au nombre des cavaliers d'lite que le gnral en chef a choisis pour faire partie de l'expdition.
--Mais toi, lui dis-je, tu as donc quitt l'tat militaire?
-- peu prs; j'ai t mis la disposition du gnral Bonaparte, qui m'a attach la commission des arts, et m'a envoy Rome prendre le matriel des imprimeries grecques et arabes de la Propagande, rassembl par Monge d'aprs l'ordre du gouvernement. Je viens d'embarquer tout cela, ainsi qu'une troupe d'interprtes et d'ouvriers imprimeurs.
--Mais quoi nous serviront ces langues orientales avec les Anglais? Ah! j'y suis, nous allons dans l'Inde secourir le sultan Tipoo-Sa?b contre la perfide Albion?
--Nous allons d'abord conqurir l'gypte, au pouvoir des beys mameluks qui favorisent le commerce anglais, et de l nous irons probablement dans l'Inde porter l'Angleterre le coup le plus sensible en ruinant ses colonies.
--Trs-bien! allons conqurir l'gypte!
Il m'apprit aussi que le gnral en chef emmenait avec lui une centaine de savants, d'artistes, d'ingnieurs, de gographes, parmi lesquels il me cita des noms dj illustres, ou qui le devinrent par la suite: Monge, Berthollet, Fourier, Denon, Geoffroy Saint-Hilaire, les mdecins Desgenettes, Larrey, Dubois et l'amiral Brueys. Parmi les gnraux qui avaient voulu s'attacher la fortune de Bonaparte, il nomma Desaix, Menou, Reynier, Davoust et Klber, que j'avais vu Mayence alors que j'y avais t porter les ordres du gnral Houchard.
Une jeune femme qui brillait plus par la fra?cheur de sa carnation que par la rgularit de ses traits, doue d'un lger embonpoint et dans une toilette des plus exagres, sortit en ce moment de la cabine d'arrire. Elle vint nous, et, s'adressant Dubertet:
--Hector, lui dit-elle, cet embarquement se fait sans aucun ordre. On a fourr les caisses
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 85
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.