Scènes de mer, Tome I

Édouard Corbière

Scnes de mer, Tome I, by douard Corbire

The Project Gutenberg EBook of Scnes de mer, Tome I, by douard Corbire This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org
Title: Scnes de mer, Tome I
Author: douard Corbire
Release Date: April 3, 2006 [EBook #18111]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK SCNES DE MER, TOME I ***

Produced by Carlo Traverso, Chuck Greif and the Online Distributed Proofreading Team at http://www.pgdp.net (This file was produced from images generously made available by the Bibliothque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)

Scnes de mer.
Par Edouard Corbire.
PARIS.
HIPPOLYTE SOUVERAIN, DITEUR,
RUE DES BEAUX-ARTS, 3 BIS.
1835.
OUVRAGES
DE
EDOUARD CORBIRE.
Le ngrier La mer et les marins Les pilotes de l'iroise Les contes de bord Le prisonnier de guerre Les aspirans de marine Deux lions pour une femme

I. DEUX LIONS POUR UNE FEMME.

CHAPITRE PREMIER.
Les Deux Jocondes Marins.
Le dsir de raliser quelques bons projets de spculation avait runi bord du mme brick deux individus d'humeur et d'espces diffrentes.
L'un tait le capitaine Sautard;
L'autre, le subrcargue Laurenfuite.
Le capitaine Sautard tait un de ces hommes qui, ayant us de tout un peu et n'ayant abus de rien, allait au positif par tous les chemins possibles, hors ceux des douces illusions. Quand une bonne occasion se rencontrait sur sa route, il cherchait la saisir, en vrai corsaire, comme il aurait fait d'une prise richement charge. Mais quand la fortune qu'il aurait t bien aise de tater semblait vouloir le faire courir long-temps aprs elle, il laissait l la fortune, sans se dcider faire cent pas pour la ramener lui.
Figurez-vous un gros petit tre un peu plus que blond, un peu moins que rouge, d'une physionomie commune et riante, ag peu prs d'une quarantaine d'annes, et vous aurez approximativement une ide de l'ext-rieur d'homme dans lequel se refltait le caractre du capitaine Sautard.
Quant M. Laurenfuite, le subrcargue, c'tait une tout autre affaire.
M. Laurenfuite savait chanter faux avec une prtention ridicule que l'on ne pouvait comparer qu' l'inexorable sottise avec laquelle il faisait grincer sous ses doigts une guitare ordinairement monte en la majeur. Tous les instans qu'il ne donnait pas sa toilette, il les consacrait la musique, et sa passion philharmonique avait cela de malheureux, qu'il lui suffisait de prendre son instrument ou de roucouler une tendre romance pour mettre tout un quipage de la plus mauvaise humeur possible. Les matelots mme allaient jusqu' attribuer aux accens de ce malheureux Amphion un pouvoir fatal, que n'avaient certes pas les accords de sa lyre, quelque redoutables qu'ils fussent, sous sa main recouverte de trois ou quatre gros diamans. Quand le vent venait changer et contrarier le capitaine, et quand l'azur du ciel commen?ait se couvrir de sombres nuages annon?ant la tempte, les oracles du gaillard d'avant du brick l'Aimable-Zphyr se disaient entre eux:
--C'est encore le subrcargue qui aura voulu drouiller sa guimbarde que le diable confonde! Voil dj du vent deux ris! Que Lucifer l'enlve!
--Oui, ajoutait le ma?tre de quart; ?a vous a une voix crier la garde! et ?a veut encore faire le troubadour en nous chantant: A peine au sortir de l'enfance, sur l'air de: Tu n'auras pas ma rose!
--Ah ?a! rpliquait un troisime interlocuteur, je voudrais bien savoir si le cap'taine, qui est ma?tre aprs Dieu son bord, n'aurait pas le droit d'empcher M. Laurenfuite de miauler comme il le fait avec accompagnement de guitare? Les ordonnances de la subordination bord des navires ne sont-elles pas faites tout aussi bien pour le subrcargue que pour nous et les passagers? Or, qui manque aux ordonnances doit tre puni; ainsi on peut par consquent empcher le chant et les accompagnemens bord de nous, par ordre du cap'taine.
--Je t'en fiche, avec tes ordonnances! Crois-tu que les ordonnances aient jamais parl du cas des cordes de guitare et du manquement au service du tremblement de voix? Et puis, quand bien mme, par supposition, la loi ne voudrait pas cela, est-ce que jamais notre capitaine voudrait faire de la peine cet homme qui peut-tre a t comdien, et qui miaule encore, c'est possible, par routine de son ancien mtier? On dit bien si j'tais capitaine, je ferais ci, je ferais ?a; mais entre eux les gros ne se mangent pas, c'est la rgle. Le capitaine boit et fume, mange et dort, et il laisse l'autre se dbarbouiller avec de l'eau de Cologne, et se gargariser le gosier avec des chansons tant qu'il peut: c'est des gards qu'ils ont l'un pour l'autre, quoi! et voil tout.
--C'est vrai ce que tu dis l; mais il n'en est pas moins
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 59
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.