Rob-Roy

Sir Walter Scott
A free download from http://www.dertz.in

Rob-Roy

The Project Gutenberg EBook of Rob-Roy, by Walter Scott This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.net
Title: Rob-Roy
Author: Walter Scott
Release Date: October 8, 2005 [EBook #16828]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK ROB-ROY ***

Produced by Ebooks libres et gratuits (PhilippeC, Coolmicro and Fred); this text is also available at http://www.ebooksgratuits.com

Walter Scott
ROB-ROY
Publication en 1817 Traduction d'Auguste Defauconpret, publi¨¦e en 1830.

Table des mati¨¨res
Avertissement de la premi¨¨re ¨¦dition. Introduction Chapitre premier. Chapitre II. Chapitre III. Chapitre IV. Chapitre V. Chapitre VI. Chapitre VII. Chapitre VIII. Chapitre IX. Chapitre X. Chapitre XI. Chapitre XII. Chapitre XIII. Chapitre XIV. Chapitre XV. Chapitre XVI. Chapitre XVII. Chapitre XVIII. Chapitre XIX. Chapitre XX. Chapitre XXI. Chapitre XXII. Chapitre XXIII. Chapitre XXIV. Chapitre XXV. Chapitre XXVI. Chapitre XXVII. Chapitre XXVIII. Chapitre XXIX. Chapitre XXX. Chapitre XXXI. Chapitre XXXII. Chapitre XXXIII. Chapitre XXXIV. Chapitre XXXV. Chapitre XXXVI. Chapitre XXXVII. Chapitre XXXVIII. Chapitre XXXIX.
Avertissement de la premi¨¨re ¨¦dition.
Quand l'¨¦diteur des volumes suivants publia, il y a deux ann¨¦es environ, l'ouvrage intitul¨¦ l'Antiquaire, il annon?a que c'¨¦tait la derni¨¨re fois qu'il adressait au public des productions de ce genre. Il pourrait se pr¨¦valoir de l'excuse que tout auteur anonyme n'est qu'un fant?me, comme le fameux Junius; et qu'ainsi, quoiqu'il soit une apparition plus pacifique et d'un ordre moins ¨¦lev¨¦, il ne saurait ¨ºtre oblig¨¦ de r¨¦pondre ¨¤ une accusation d'incons¨¦quence. On peut trouver une meilleure apologie en imitant l'aveu du bon Benedict[1], qui pr¨¦tend que, lorsqu'il disait qu'il mourrait c¨¦libataire, il ne pensait pas vivre jusqu'au jour o¨´ il serait mari¨¦. Ce qu'il y aurait de mieux, ce serait si, comme il est arriv¨¦ ¨¤ quelques-uns de mes illustres contemporains, le m¨¦rite du livre pouvait absoudre l'auteur de la violation de sa promesse; sans oser l'esp¨¦rer, il est seulement n¨¦cessaire de dire que ma r¨¦solution, comme celle de Benedict, a succomb¨¦ ¨¤ une tentation, ou du moins ¨¤ un stratag¨¨me.
Voici ¨¤ peu pr¨¨s six mois que l'auteur re?ut, par l'interm¨¦diaire de ses honorables libraires-¨¦diteurs, un manuscrit contenant l'esquisse de cette nouvelle histoire, avec la permission, ou plut?t la pri¨¨re, en termes flatteurs, de la rendre propre ¨¤ ¨ºtre publi¨¦e. Les corrections et les changements qu'on le laissait libre de faire ont ¨¦t¨¦ si nombreux qu'outre la suppression de certains noms et d'¨¦v¨¦nements trop pr¨¨s de la r¨¦alit¨¦, l'ouvrage peut bien ¨ºtre regard¨¦ comme enti¨¨rement recompos¨¦. Plusieurs anachronismes se seront gliss¨¦s probablement dans le cours de ces changements, et les ¨¦pigraphes des chapitres ont ¨¦t¨¦ choisies sans aucun ¨¦gard ¨¤ la date suppos¨¦e des ¨¦v¨¦nements. L'¨¦diteur s'en rend donc responsable. D'autres erreurs appartenaient aux mat¨¦riaux originaux, mais elles sont de peu d'importance. Si l'on voulait exiger une exactitude minutieuse, on pourrait objecter que le pont sur le Forth, ou plut?t sur l'Avondhu (_rivi¨¨re noire_), pr¨¨s du hameau d'Aberfo?l, n'existait pas il y a trente ans. Ce n'est pas toutefois ¨¤ l'¨¦diteur d'¨ºtre le premier ¨¤ d¨¦noncer ces fautes; il est bien aise de remercier ici publiquement le correspondant anonyme et inconnu auquel le lecteur devra la majeure partie de l'amusement que pourront lui procurer les pages suivantes.
_1er d¨¦cembre 1817._
Introduction
[...] Aucune introduction ne peut ¨ºtre mieux appropri¨¦e ¨¤ ce roman que quelques d¨¦tails sur le personnage singulier dont le nom lui sert de titre et qui, ¨¤ travers la bonne et la mauvaise renomm¨¦e, a conserv¨¦ une importance remarquable dans les souvenirs populaires. Cette importance ne peut ¨ºtre attribu¨¦e ¨¤ la distinction de sa naissance qui, bien que celle d'un gentilhomme, n'avait aucune illustration et lui donnait peu de droits ¨¤ commander dans son clan; non plus que, malgr¨¦ une vie agit¨¦e et remplie d'¨¦v¨¦nements, ses hauts faits n'¨¦galent ceux des autres pillards ou bandits qui ont acquis moins de renomm¨¦e. Sa gloire vint en grande partie de ce qu'il habitait sur les limites des Hautes-Terres et qu'il joua au commencement du dix-huiti¨¨me si¨¨cle les m¨ºmes tours que ceux qu'on attribue g¨¦n¨¦ralement ¨¤ Robin-Hood dans le Moyen ?ge et cela ¨¤ quarante milles de Glascow, grande ville de commerce et si¨¨ge d'une savante universit¨¦. Un homme qui r¨¦unissait les vertus sauvages, la politique la plus subtile et la licence sans bornes d'un Indien d'Am¨¦rique vivait en ¨¦cosse dans le si¨¨cle auguste de la reine Anne et de George Ier. Il est probable qu'Addison ou Pope n'auraient pas ¨¦t¨¦ peu ¨¦tonn¨¦s s'ils eussent appris qu'il existait, dans la m¨ºme ?le qu'ils habitaient, un personnage de la profession de Rob-Roy. C'est ce contraste frappant de la civilisation d'un c?t¨¦ des montagnes et des entreprises aventureuses et contraires aux lois qui ¨¦taient accomplies par un homme vivant du c?t¨¦
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 217
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.