Pile et face

Lucien Biart

Pile et face

The Project Gutenberg EBook of Pile et face, by Lucien Biart This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org
Title: Pile et face
Author: Lucien Biart
Release Date: March 19, 2006 [EBook #18014]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK PILE ET FACE ***

Produced by Carlo Traverso, Eric Vautier and the Online Distributed Proofreaders Europe at http://dp.rastko.net. This file was produced from images generously made available by the Biblioth¨¨que nationale de France (BnF/Gallica)

PILE ET FACE
PAR
LUCIEN BIART

PARIS J. HETZEL ET Cie, ¨¦DITEURS TROISI¨¨ME ¨¦DITION

A TOI
MON CHER LOYNEL
EN T¨¦MOIGNAGE D'UNE AMITI¨¦ DE VINGT ANS.
LUCIEN BIART

PREMI¨¨RE FARTIE

I
LE MARQUIS DE LA TAILLADE.
Ren¨¦-Alexis Baudoin, comte de Valonne et marquis de La Taillade, naquit en 1796 d'un p¨¨re ruin¨¦ par la R¨¦volution. Sa m¨¨re mourut deux ans plus tard en lui donnant une soeur, et, en 1804, les deux enfants, devenus orphelins, h¨¦ritaient chacun de huit cents francs de rente.
La nature est spirituelle comme une C¨¦lim¨¨ne ¨¤ notre ¨¦gard; elle se moque avec malice de nos distinctions sociales. Alexis de La Taillade, qui ne comptait parmi ses anc¨ºtres que ducs, comtes et marquis, fut, d¨¨s son bas age, un rustre des mieux r¨¦ussis. On e?t en vain cherch¨¦ la race chez ce butor trapu, gauche, au front ¨¦troit, ¨¤ la bouche niaise, au rire bruyant. Certes, ce n'¨¦tait pas un m¨¦chant gar?on qu'Alexis, mais une de ces organisations dont le moral et le physique sont ¨¤ l'unisson, un de ces ¨ºtres n¨¦s pour l'engrais, comme notre esp¨¨ce en compte par milliers. Aujourd'hui que les immortels principes de 89 ont remis chaque chose ¨¤ sa place, on rit de certaines phrases autrefois consacr¨¦es, et la noblesse elle-m¨ºme sait que les belles ¨¦paules ne sont pas toujours duchesses, les jolies jambes marquises, les grands pieds pl¨¦b¨¦iens.
A vingt et un ans, apr¨¨s une s¨¦rie d'aventures qui d¨¦sol¨¨rent plus d'une fois le vieux chevalier de Saint-Louis qui s'¨¦tait charg¨¦ de la tutelle des deux enfants, Alexis, ne se sentant de disposition pour aucune carri¨¨re, consentit ¨¤ suivre celle des armes. Son instruction, en d¨¦pit des sacrifices de son brave tuteur, n'atteignait pas jusqu'¨¤ l'orthographe. Sans 89, le jeune homme e?t peut-¨ºtre ¨¦t¨¦ d'embl¨¦e mar¨¦chal de France, comme plusieurs de ses anc¨ºtres. On lui affirma que le fameux baton reposait au fond de la giberne dont on lui fit hommage; il le crut et l'y chercha vainement pendant un quart de si¨¨cle. Cependant il ne maudit pas trop les r¨¦formes amen¨¦es par la grande R¨¦volution; car, d¨¨s son entr¨¦e au service, il reconnut que ses camarades et ses chefs attachaient plus d'importance que lui-m¨ºme ¨¤ ses titres, ce qui l'aida ¨¤ vivre selon ses go?ts, c'est-¨¤-dire dans une compl¨¨te oisivet¨¦. Je me trompe, il devint tr¨¨s-fort au piquet et acquit un talent hors ligne dans l'art de pr¨¦parer une absinthe, talent qui lui valut ses premiers galons.
Vers 1834, Alexis passa sergent-major ¨¤ l'anciennet¨¦. Il avait alors trente-huit ans, une face ¨¦carlate, des cheveux gris, des yeux atones, des dents us¨¦es par le tuyau d'une pipe noire qu'il ne retirait d'entre ses l¨¨vres qu'¨¤ l'heure des repas,--en un mot, toutes les allures d'un de ces hommes que l'on qualifie de dur-¨¤-cuire, et dont l'intelligence, comme une fille de bonne maison, ne fait jamais parler d'elle.
Bien que le rire entr'ouvr?t rarement la vaste bouche du sergent, ses coll¨¨gues le tenaient pour un joyeux compagnon, bon enfant et pas fier. La ration journali¨¨re d'absinthe de ce descendant des crois¨¦s variait de dix ¨¤ quinze verres. Entre le douzi¨¨me et le treizi¨¨me, sa langue se d¨¦liait un peu, et il donnait son opinion sur le gouvernement avec des demi-mots et des clignements de paupi¨¨res que ses interlocuteurs feignaient de comprendre. Au quatorzi¨¨me, le sergent parlait de ses amours, qui n'avaient rien de commun avec le chef-d'oeuvre de Bernardin de Saint-Pierre, bien qu'il y f?t question d'une Virginie. Enfin, ¨¤ la quinzi¨¨me rasade, Alexis devenait insupportable, r¨¦p¨¦tant d'un ton sinistre les fines plaisanteries qui ont cours dans l'arm¨¦e sur les mercantis, ces idiots qui payent les uniformes en temps de paix, qu'on ran?onne en temps de guerre, et qui ruinent et d¨¦shonorent la France comme est pr¨ºt ¨¤ le jurer le moindre porte-¨¦p¨¦e.
Comment l'id¨¦e de marier son fr¨¨re, qu'elle ne connaissait pas, germa-t-elle dans l'esprit de Mlle Louise de La Taillade? Comment surtout cette excellente personne r¨¦ussit-elle ¨¤ mener ¨¤ bien cette rude entreprise? Toujours est-il qu'un matin, dans la petite ville de Houdan, vers onze heures, au milieu d'une salle orn¨¦e du buste de Louis-Philippe, devant un maire ceint d'une ¨¦charpe, Ren¨¦-Alexis Baudoin, comte de Valonne, marquis de La Taillade et autres lieux, ¨¦pousa Mlle Eug¨¦nie de
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 102
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.