Micah Clarke - Tome I

Arthur Conan Doyle

Micah Clarke - Tome I

The Project Gutenberg EBook of Micah Clarke - Tome I, by Arthur Conan Doyle This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org
Title: Micah Clarke - Tome I Les recrues de Monmouth
Author: Arthur Conan Doyle
Translator: Albert Savine
Release Date: June 29, 2006 [EBook #18716]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK MICAH CLARKE - TOME I ***

Produced by Chuck Greif and www.ebooksgratuits.com

Arthur Conan Doyle

MICAH CLARKE
Tome I
LES RECRUES DE MONMOUTH
(1910)
Table des mati¨¨res
Introduction. Pr¨¦face. I--Le cornette Joseph Clarke, des C?tes de fer. II--Je suis envoy¨¦ ¨¤ l'¨¦cole. Je la quitte. III--Sur deux amis de ma jeunesse. IV--Sur le poisson ¨¦trange que nous primes ¨¤ Spithead. V--De l'homme aux paupi¨¨res tombantes. VI--Au sujet de la lettre venue des Pays-Bas. VII--Du cavalier qui arriva de l'ouest. VIII--Notre d¨¦part pour la guerre. IX--Une passe d'armes au Sanglier Bleu. X--Notre p¨¦rilleuse aventure dans la Plaine. XI--Le solitaire ¨¤ la caisse pleine d'or. XII--De quelques aventures sur la lande. XIII--Sur Sir Gervas J¨¦r?me, Chevalier Banneret du comt¨¦ de Surrey. XIV--Du Cur¨¦ ¨¤ la jambe raide et de ses ouailles. XV--O¨´ nous nous mesurons avec les Dragons du Roi.

Introduction
James Scott, duc de Monmouth, (1649-1685), fils naturel de Charles II d'Angleterre.
¨¤ l'av¨¨nement de Jacques II, il organisa avec le duc d'Argyle un coup de force qui ¨¦choua. Ses troupes furent ¨¦cras¨¦es le 6 juillet 1685 lors de la bataille de Sedgemoor et il fut d¨¦capit¨¦.
Toutefois certaines th¨¦ories ont pr¨¦tendu qu'il aurait pu ¨ºtre l'homme au masque de fer.
Cette victoire ne profita gu¨¨re ¨¤ Jacques II qui ne resta que quelques mois sur le tr?ne avant de venir se r¨¦fugier en France o¨´ il finit ses jours.

Pr¨¦face
Micah Clarke, dont nous publierons successivement en traduction fran?aise les trois ¨¦pisodes: Les recrues de Monmouth, Le capitaine Micah Clarke, La bataille de Sedgemoor, est le grand roman historique qui ¨¦tablit la r¨¦putation en ce genre d'Arthur-Conan Doyle.
Le romancier y a d¨¦ploy¨¦ une verve, un humour, un entrain qui rappellent les bonnes pages de Dumas p¨¨re. Aussi faudrait-il s'¨¦tonner que les traducteurs aient n¨¦glig¨¦ une oeuvre aussi vivante s'il n'en fallait voir la cause dans le peu de familiarit¨¦ de nos contemporains fran?ais avec l'histoire ¨¦trang¨¨re. Pour le lecteur d'Outre-Manche, Conan Doyle n'avait nulle besoin d'explications pr¨¦liminaires. Il nous a paru qu'une pr¨¦sentation ¨¦tait n¨¦cessaire en t¨ºte de l'¨¦dition fran?aise de son roman et l'on nous permettra, en outre, de renvoyer ¨¤ notre ouvrage La Cour galante de Charles II, o¨´ le lecteur trouvera, sans pr¨¦judice de bien des d¨¦tails curieux, des portraits des meilleurs peintres et graveurs, leurs contemporains, reproduisant les traits de Lucy Walters, m¨¨re de Monmouth, du roi Charles II, jeune homme et vieillard, et enfin de Monmouth.
Monmouth ¨¦tait n¨¦ ¨¤ Rotterdam, le 9 avril 1649, de Lucy Walters, alors ma?tresse de Charles II, apr¨¨s l'avoir ¨¦t¨¦ de Robert Sydney, qui en avait, lui-m¨ºme, h¨¦rit¨¦ du c¨¦l¨¨bre Algernon Sydney, son fr¨¨re. C'¨¦tait une belle fille, mais commune et sans ¨¦ducation, d'ailleurs tr¨¨s fi¨¨re d'¨ºtre ma?tresse royale et m¨¨re d'un batard de roi. En 1655, la princesse d'Orange ¨¦crivant ¨¤ son fr¨¨re le plaisantait sur ?sa femme?. La concubine dominait encore les sens de son amant et le tenait dans un servage amollissant si bien que, l'ann¨¦e suivante, les ministres du pr¨¦tendant inquiets, obtinrent le d¨¦part de Lucy pour l'Angleterre sous promesse d'une pension annuelle de quatre cents livres. Son s¨¦jour ¨¤ Londres n'alla pas sans encombre. Lucy fut arr¨ºt¨¦e et mise ¨¤ la Tour: elle y re?ut les hommages des Cavaliers et obtint ensuite l'autorisation de retourner en France du gouvernement peu jaloux de fournir aux m¨¦contents l'occasion de prononcer pour une cause quelconque le nom des Stuarts. Charles, prince et volage, ne tarda pas ¨¤ d¨¦laisser cette ma?tresse encombrante et volontaire, puis ¨¤ l'oublier compl¨¨tement et, de chute en chute, la pauvre Lucy mourut, dit un chroniqueur, ?d'une maladie, suite naturelle de sa profession?.
Charles II n'abandonna pas l'enfant, comme il avait abandonn¨¦ la m¨¨re. La veuve de Charles I le fit ¨¦lever par lord Crofts et peu d'ann¨¦es apr¨¨s la Restauration, c'est sous le nom de celui-ci qu'il parut ¨¤ la cour. Lady Castlemaine, la reine de la main gauche du moment, le prit en bon gr¨¦. Il ¨¦tait vif, spirituel, de bonnes mani¨¨res, en ¨¦l¨¨ve form¨¦ par les soins des R¨¦v¨¦rends P¨¨res de la Compagnie de J¨¦sus ¨¤ qui la reine-m¨¨re avait confi¨¦ son ¨¦ducation. En 1663, ce beau cavalier, titr¨¦ duc et fils avou¨¦ du roi, faisait tourner la t¨ºte ¨¤ toutes les dames de la cour quand Charles II, jaloux de la Castlemaine, le maria ¨¤ une riche h¨¦riti¨¨re d'¨¦cosse, Anna Scott, duchesse de Buccleuch. Cela
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 82
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.