Journal des Goncourt (Troisième série, troisième volume)

Edmond de Goncourt

Journal des Goncourt (Troisime srie, troisime volume)

The Project Gutenberg EBook of Journal des Goncourt (Troisime srie,
troisime volume), by Edmond de Goncourt This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.org
Title: Journal des Goncourt (Troisime srie, troisime volume) Mmoires de la vie littraire
Author: Edmond de Goncourt
Release Date: March 27, 2006 [EBook #18055]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK JOURNAL DES GONCOURT ***

Produced by Carlo Traverso, Mireille Harmelin and the Online Distributed Proofreading Team of Europe. This file was produced from images generously made available by the Bibliothque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.

JOURNAL DES GONCOURT--MMOIRES DE LA VIE LITTRAIRE
TOME NEUVIME: 1892-1895
suivi d'un index gnral des noms cits dans les neuf volumes.
* * * * *
TROISIME SRIE--TROISIME VOLUME
PARIS, BIBLIOTHQUE-CHARPENTIER G. CHARPENTIER ET E. FASQUELLE, DITEURS, 11, RUE DE GRENELLE.
1896
* * * * *
PRFACE
Le neuvime volume du JOURNAL DES GONCOURT, est le dernier, que je publierai de mon vivant.
EDMOND DE GONCOURT.
Auteuil, 15 mars 1896.
* * * * *

ANNEE 1892
Vendredi 1er janvier 1892.--Ce premier jour de l'an, dans le vague de ma faiblesse, ne m'a pas donn, cette anne, l'impression du renouveau d'une anne nouvelle.
Voici quatre semaines, que je n'ai pris l'air extrieur. Ce soir, le d?ner chez Daudet sera ma premire sortie. D?ner intime avec les Daudet, Mme Allard, et la filleule qui d?ne, pour la premire fois, la grande table.
Causerie sur les mnages amis, o, nous tous, nous nous mettons parler du charme du mnage Rodenbach: de l'homme la conversation spirituellement anime, la discussion littraire passionnante, de la femme, aux rbellionnements voix basse, aux flots de paroles irrites, qu'elle vous jette dans l'oreille, quand elle entend une chose qui n'est pas vraie, ou qui ne lui semble pas juste, et nous constatons le petit moi chaleureux, qu'apporte dans la froideur ordinaire des salons, la vie nerveuse de ces deux aimables tres.
* * * * *
Mardi 5 janvier.--Une surprenante lettre de Magnard, du directeur de ce Figaro, qui m'a t toujours si hostile. Dans cette trs gracieuse lettre, Magnard m'offre la succession de Wolf, le gouvernement de l'art, avec toute l'indpendance, toute la libert que je puis dsirer. Je refuse, mais je ne puis m'empcher de songer tous les gens, que l'acceptation aurait mis mes pieds, au respect, que j'aurais conquis dans la maison de la princesse, enfin la facilit, avec laquelle j'aurais trouv des diteurs, pour illustrer LA MAISON D'UN ARTISTE, MADAME GERVAISAIS, etc., etc.
* * * * *
Jeudi 7 janvier.--Grand d?ner chez les Daudet, avec Schoelcher, Lockroy, le mnage Simon, Coppe. Dcidment ce Jules Simon a un charme, une grace, faite d'une certaine dlicatesse de la pense, jointe la douceur de la parole.
Quant Coppe, il s'est montr tout fait extraordinaire, comme verve voyoute: ?'a t un feu d'artifice pendant toute la soire de dr?leries, la fois canailles, la fois distingues. Oui, Coppe c'est par excellence le causeur parisien du sicle de la blague, avec tout l'admirable sous-entendu de la conversation de nous autres: les phrases commences, finies par un rictus ironique, les allusions farces des choses ou des faits, connus du monde select et pourri de l'intelligence.
Chez Maupassant, ne dit-on pas, qu'il n'y avait qu'un seul livre sur la table du salon: le Gotha? C'tait un sympt?me du commencement de la folie des grandeurs!
* * * * *
Samedi 9 janvier.--Maupassant est un trs remarquable novelliere, un trs charmant conteur de nouvelles, mais un styliste, un grand crivain, non, non!
* * * * *
Dimanche 10 janvier.--Trs gentiment et trs amicalement, Daudet a travaill surexciter la curiosit de Koning sur ma pice, BAS LE PROGRS! et Koning lui a dit jeudi: ?Mais pourquoi ne me donnez-vous pas lire la pice de Goncourt?? et il lui a parl de la donner avec la sienne, au moment o le succs se ralentirait. Je suis indcis. J'tais au moment, sans attendre la dcision de la Chambre sur la censure, de la donner Antoine.
* * * * *
Jeudi 14 janvier.--Un ?petit bleu? d'un journal, o l'on me reproche trs srieusement, comme manque de toute sensibilit, d'tre encore vivant l'heure prsente, et au moins, si je vis, de n'tre pas devenu fou, l'instar de Maupassant.
* * * * *
Samedi 16 janvier.--Rien n'est amusant comme la chatte, se promenant sur la glace du bassin, et spare des poissons rouges, par cette espce de vitre, au travers de laquelle elle les voit sous elle, toute dpite, toute colre de ne pouvoir les attraper.
* * * * *
Dimanche 24 janvier.--Devant ce vieux dval au bas d'un lit d'amour, le cri de
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 124
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.