Contes à la brune

Armand Silvestre

Contes la brune, by Armand Silvestre

The Project Gutenberg EBook of Contes la brune, by Armand Silvestre This eBook is for the use of anyone anywhere at no cost and with almost no restrictions whatsoever. You may copy it, give it away or re-use it under the terms of the Project Gutenberg License included with this eBook or online at www.gutenberg.net
Title: Contes la brune
Author: Armand Silvestre
Release Date: May 12, 2004 [EBook #12331]
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THIS PROJECT GUTENBERG EBOOK CONTES LA BRUNE ***

Produced by Tonya Allen and PG Distributed Proofreaders. This file was produced from images generously made available by the Bibliothque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.

ARMAND SILVESTRE

CONTES
A
LA BRUNE
Illustrations de Kauffmann

A.C.L.
Je ddie ces contes la trs belle qui les a inspirs. Je les publie pour les lecteurs fidles de mes Pleines Fantaisies. Ils y retrouveront mes meilleures pages et aussi le meilleur de moi, tout ce qui y est profond et sincre.
La mlancolie et la ga?t s'y sont mles d'elles-mmes, puisque ce sont des contes d'amour et que l'amour est, la fois, le suprme tristesse et la suprme joie.
ARMAND SILVESTRE.
Juillet 1888.

[Illustration]

L'HYMNE DES BRUNES
A Catulle Mends.
Vous doutiez-vous, mon cher Mends, que vous soulveriez l'ire des brunes avec votre jolie chanson des blondes? Vous voil confondu dans un mme anathme avec Maizeroy, galement convaincu de n'aimer que les toisons dores baisant l'ivoire des paules. Or voici que les porteuses de chevelures noires, dont un Styx jaillit du front marmoren, ont lev vers moi leur plainte et m'adjurent d'tre leur champion contre vous. Ils montent de toutes parts, leurs cris de vengeance, et le plus amer m'arrive de par del la Mditerrane, comme un alcyon dont l'aile s'est trempe au flot sal. Une lettre, une lettre terrible, mon cher, date de Mustapha-Alger. N'affrontez pas ces rivages, mon ami, ou vous y trouveriez certainement le sort d'Orphe qui n'eut d'autre tort peut-tre que de trop pleurer devant la beaut farouche des Mnades, les charmes dolents et baigns de mlancolie d'Eurydice.
Par quoi ai-je mrit d'tre ainsi choisi pour dfendre la splendeur sombre des crinires faites de nuit et pour rpter aux chos le doux vers Virgilien:
Alba ligustra cadunt, vaccinia nigra leguntur.
o est chante la saveur de la noire airelle? Sans doute par la sincrit d'un pass amoureux qui demeura, en effet, presque constamment fidle la beaut brune, malgr quelques excursions dans les champs de bls tout noys de soleil vivant. Je ne blasphmerai pas cependant vos charmes exquis, filles qui portez au front des rayons de miel, et qui je dus mes seuls plaisirs tranquilles dans le monde passionnel o presque tout me fut torture. La vrit est que mes vraies douleurs et mes profondes ivresses ne me vinrent pas de vous. Celle qui porte en elle le secret horrible de mes dsespoirs et de mes joies, dont le pied triomphant m'crasa le coeur, est coiffe d'un casque d'ombre; et cela est ainsi depuis que j'aime. Je ne mentirai donc pas en clbrant ses splendeurs cruelles.
* * * * *
Plus souples, plus lgres que les fils dont la nuit Tisse le voile obscur o son front se recle, Et plus enveloppants sont les cheveux de celle Vers qui mon seul espoir dsespr s'enfuit;
Quand ma bouche en tremblant les effleure sans bruit, Leur magnifique clat sous ma lvre tincelle, Comme, dans le ciel noir o l'ombre s'amoncelle, Des toiles le choeur soudain s'allume et luit.
Comme dans un linceul vivant et que soulve Chacun des battements o se rythme mon rve, Dans leur rseau divin j'ai mon coeur enferm.
Et, jaloux d'une mort plus douce que la vie, Au cou d'ivoire pur qu'ils inondent, j'envie Le doux et cher fardeau de leur flot parfum.
* * * * *
O vous qui portez le signe redoutable des dfaites innombrables de mon coeur, Sulamites aux tempes nimbes d'bne, je dirai, puisque cela vous amuse, l'ineffable torture o me mit la contemplation de vos graces triomphantes. Tandis que, dans le teint des blondes, roule comme un Pactole de lait o palpitent, ?a et l, des parcelles de soleil; tandis que tout est gaiet dans le printemps rose de leurs joues, l'clat de votre peau, vous, est comme tiss de rayons de lune, de rayons d'argent pale o frissonnent les mystres sacrs de la nuit, et votre paleur mate, votre paleur divine semble avoir besoin de notre sang pour y boire les chaleurs inquites de la vie. C'est lui qu'aspire silencieusement le baiser de vos lvres froides, tragiques amantes dont le sourire mme cache d'invisibles morsures. Sur les paules doucement veloutes de vos rivales semble toujours flotter une lumire d'aurore; ce sont les clarts stellaires du soir qui baignent d'un frisson votre poitrine o la transparence des chairs fait courir le rseau bleu des veines, le rseau d'azur pale qui se
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 49
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.