Ainsi Parlait Zarathoustra

Friedrich Wilhelm Nietzsche

Ainsi Parlait Zarathoustra [with accents]

Project Gutenberg's Ainsi Parlait Zarathoustra, by Fr¨¦d¨¦ric Nietzsche. #3 in our series by Fr¨¦d¨¦ric Nietzsche.
Copyright laws are changing all over the world. Be sure to check the copyright laws for your country before downloading or redistributing this or any other Project Gutenberg eBook.
This header should be the first thing seen when viewing this Project Gutenberg file. Please do not remove it. Do not change or edit the header without written permission.
Please read the "legal small print," and other information about the eBook and Project Gutenberg at the bottom of this file. Included is important information about your specific rights and restrictions in how the file may be used. You can also find out about how to make a donation to Project Gutenberg, and how to get involved.
**Welcome To The World of Free Plain Vanilla Electronic Texts**
**eBooks Readable By Both Humans and By Computers, Since 1971**
*****These eBooks Were Prepared By Thousands of Volunteers!*****
Title: Ainsi Parlait Zarathoustra
Author: Fr¨¦d¨¦ric Nietzsche.
Release Date: March, 2004 [EBook #5258] [This file was first posted on June 15, 2002] [Most recently updated December 29, 2002]
Edition: 10
Language: French
Character set encoding: ISO-8859-1
*** START OF THE PROJECT GUTENBERG EBOOK AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA ***
This Etext was prepared by [email protected], Project Gutenberg volunteer.

AINSI PARLAIT ZARATHOUSTRA
By Fr¨¦d¨¦ric Nietzsche.

PREMI¨¨RE PARTIE
LE PROLOGUE DE ZARATHOUSTRA
Lorsque Zarathoustra eut atteint sa trenti¨¨me ann¨¦e, il quitta sa patrie et le lac de sa patrie et s'en alla dans la montagne. L¨¤ il jouit de son esprit et de sa solitude et ne s'en lassa point durant dix ann¨¦es. Mais enfin son coeur se transforma, - et un matin, se levant avec l'aurore, il s'avan?a devant le soleil et lui parla ainsi:
"O grand astre! Quel serait ton bonheur, si tu n'avais pas ceux que tu ¨¦claires?
Depuis dix ans que tu viens vers ma caverne: tu te serais lass¨¦ de ta lumi¨¨re et de ce chemin, sans moi, mon aigle et mon serpent.
Mais nous t'attendions chaque matin, nous te prenions ton superflu et nous t'en b¨¦nissions.
Voici! Je suis d¨¦go?t¨¦ de ma sagesse, comme l'abeille qui a amass¨¦ trop de miel. J'ai besoin de mains qui se tendent. Je voudrais donner et distribuer, jusqu'¨¤ ce que les sages parmi les hommes soient redevenus joyeux de leur folie, et les pauvres, heureux de leur richesse.
Voil¨¤ pourquoi je dois descendre dans les profondeurs, comme tu fais le soir quand tu vas derri¨¨re les mers, apportant ta clart¨¦ au-dessous du monde, ? astre d¨¦bordant de richesse!
Je dois dispara?tre ainsi que toi, _me coucher,_ comme disent les hommes vers qui je veux descendre.
B¨¦nis-moi donc, oeil tranquille, qui peux voir sans envie un bonheur m¨ºme sans mesure!
B¨¦nis la coupe qui veut d¨¦border, que l'eau toute dor¨¦e en d¨¦coule, apportant partout le reflet de ta joie!
Vois! cette coupe veut se vider ¨¤ nouveau et Zarathoustra veut redevenir homme."
Ainsi commen?a le d¨¦clin de Zarathoustra.
2.
Zarathoustra descendit seul des montagnes, et il ne rencontra personne. Mais lorsqu'il arriva dans les bois, soudain se dressa devant lui un vieillard qui avait quitt¨¦ sa sainte chaumi¨¨re pour chercher des racines dans la f?ret. Et ainsi parla le vieillard et il dit ¨¤ Zarathoustra:
"Il ne m'est pas inconnu, ce voyageur; voil¨¤ bien des ann¨¦es qu'il passa par ici. Il s'appelait Zarathoustra, mais il s'est transform¨¦.
Tu portais alors ta cendre ¨¤ la montagne; veux-tu aujourd'hui porter ton feu dans la vall¨¦e? Ne crains-tu pas le chatiment des incendiaires?
Oui, je reconnais Zarathoustra. Son oeil est limpide et sur sa l¨¨vre ne se creuse aucun pli de d¨¦go?t. Ne s'avance-t-il pas comme un danseur?
Zarathoustra s'est transform¨¦, Zarathoustra s'est fait enfant, Zarathoustra s'est ¨¦veill¨¦: que vas-tu faire maintenant aupr¨¨s de ceux qui dorment?
Tu vivais dans la solitude comme dans la mer et la mer te portait. Malheur ¨¤ toi, tu veux donc atterrir? Malheur ¨¤ toi, tu veux de nouveau tra?ner toi-m¨ºme ton corps?"
Zarathoustra r¨¦pondit: "J'aime les hommes."
"Pourquoi donc, dit le sage, suis-je all¨¦ dans les bois et dans la solitude? N'¨¦tait-ce pas parce que j'aimais trop les hommes?
Maintenant j'aime Dieu: je n'aime point les hommes. L'homme est pour moi une chose trop imparfaite. L'amour de l'homme me tuerait."
Zarathoustra r¨¦pondit: "Qu'ai-je parl¨¦ d'amour! Je vais faire un pr¨¦sent aux hommes."
"Ne leur donne rien, dit le saint. Enl¨¨ve-leur plut?t quelque chose et aide-les ¨¤ le porter - rien ne leur sera meilleur: pourvu qu'¨¤ toi aussi cela fasse du bien!
Et si tu veux donner, ne leur donne pas plus qu'une aum?ne, et attends qu'ils te la demandent!"
"Non, r¨¦pondit Zarathoustra, je ne fais pas l'aum?ne. Je ne suis pas assez pauvre pour cela."
Le saint se prit ¨¤ rire de Zarathoustra et parla ainsi: "Tache alors de leur faire accepter les tr¨¦sors. Ils se m¨¦fient des solitaires et ne croient pas que nous venions pour donner.
A leurs oreilles les pas du solitaire retentissent trop ¨¦trangement ¨¤ travers les rues. D¨¦fiants comme si la nuit, couch¨¦s dans leurs lits,
Continue reading on your phone by scaning this QR Code

 / 129
Tip: The current page has been bookmarked automatically. If you wish to continue reading later, just open the Dertz Homepage, and click on the 'continue reading' link at the bottom of the page.